Lundi 9 juin 2014 1 09 /06 /Juin /2014 14:37

Au temps que je m'en souvienne, j'ai toujours vu cette horloge chez mes parents, elle était arrêtée sur 11 heures 45, mais hélas les déménagements successifs qu'elle dut subir au cours des années, ont "bougé" les aiguilles.

Cette horloge date des années 1850, elle est en poirier noirci, taillé a la main, le ressort intérieur est également frappé, martelé à la forge. Des inscrustations de nacre garnissent la façade colorée. Le balancier est en laiton et les poids en plomb recouverts de laiton en feuille.

horloge-1.JPG

 

Voilà donc l'horloge de l'Aïeul, Jules François Joseph PIDOUX, grand père paternel de ma mère, décédé en 1923, qui fut compagnon du devoir. Il en avait hérité au décès de son père Amédée Joseph Romain, qui lui-même l'avait reçue en cadeau de mariage le 28 février 1859 à Fruges, avec Marie Josephe Célestine Rosine LEMATTRE.

pidoux-jules-francois-joseph-copie-1.jpg

Jules François Joseph Pidoux 1860-1923


Elle s'est donc arrêtée à 11 heures 45, heure de la mort de mon grand père maternel le 24 janvier 1932, à la minute où ma grand mère a stoppé le balancier. Elle n'a plus jamais été remontée jusqu'à ce jour.

pidoux_amedee.jpg

 

Amédée Julien François Pidoux  1886-1932

 

selma cayol

 

 

Par Du vieux Cayol à la Pelisse noire... - Publié dans : challenge A - Z 2014 - Communauté : généalogistes en tous genres
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Samedi 7 juin 2014 6 07 /06 /Juin /2014 18:33

La généalogie, c'est comme la boîte de chocolats de la maman de Forrest Gump, on ne sait jamais sur quoi on va tomber, sur qui ?

 boite_de_chocolat--1-.jpg

En l'occurence, en 2006, nous testions les arbres sur Geneastar, Caillol (Cayol) étant un patronyme très répandu dans les Bouches du Rhône, nous sommes "tombés" sur Albert Camus, Che Guevarra ...eh oui ! alors celui-la on ne s'y attendait vraiment pas ! et aussi sur un Marseillais pur jus : Jean-Claude GAUDIN, Maire de la seconde ville de France !

 maire3web

A Marseille dans le quartier de Mazargues, le petit Jean-Claude vient au monde le 8 octobre 1939 à la veille de la seconde guerre mondiale. Il est le fils de Claude François GAUDIN(1899-1988) et de Marie Louise PIQUENOT (1906-2000).

Professeur d'Histoire, il enseigne plus de 15 ans au collège et lycée Saint Joseph les Maristes de Marseille. Il participe très jeune a la vie politique.

En 1965, il est élu sur la liste socialo-centriste menée par Gaston Defferre, contre la liste gaulliste UNR. Il est alors le benjamin du conseil municipal de Marseille. Réélu en 1971 comme conseiller municipal, son ascension politique ne s'arretera pas de sitôt.

Après un long cheminement dans divers partis et de multiples fonctions , en 1995, il devient Maire de sa ville. Il est également Sénateur.

Il restera Maire jusqu'en 2014 où il sera réélu.

 

Cousinage avec Thierry Cayol :

Nous avons remonté le temps en comparant les deux arbres d'ascendance.

Le couple commun s'avérera être  Valentin CAILLOL et Clère GOUDE .

gaudin1.JPG

 

dont les enfants connus sont :

gaudin2.JPG

 

De ces 6 enfants notons que Marguerite Rose née vers 1675 à Saint Marcel, terroir de Marseille, et décédée le 7 avril 1745 à Mazargues, également terroir de Marseille. Elle épouse  Anthoine TRICON, lui-même décédé à Mazargues le 4 avril 1734.

ils sont les ancêtres (sosas 724 et 725 sur son arbre) de Jean Claude Gaudin a la 10e génération.

Nicolas CAILLOL son frère, né le 16 novembre 1671 à Saint Marcel, terroir de Marseille, épouse à Saint Marcel le 2 février 1697 Elisabeth REYNIER née le 29 septembre 1680, et décédée le 24 décembre 1758, également a Saint Marcel !

Ils sont les ancêtres (sosas 256 et 257 sur son arbre) de Thierry CAYOL à la 9e génération !

Il est à noter que les parents d'Elisabeth Reynier, André REYNIER et Marguerite LIEUTAUD, font également partie de l'ascendance de Albert CAMUS, écrivain mondialement connu.

 Le "cousinage" se fera également à la génération 5 de jean claude Gaudin, par le couple Jean-Baptiste Isnard et Françoise Caillol.

le monde est bien petit ...

 

selma cayol

Par Du vieux Cayol à la Pelisse noire... - Publié dans : challenge A - Z 2014 - Communauté : Généalogie Provence-Languedoc
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Samedi 7 juin 2014 6 07 /06 /Juin /2014 15:38

Souvent, lorsque je lisais les registres d'ancien régime, je rencontrais cette profession " Lieutenant aux fermes du Roy", et à cette époque (une bonne dizaine d'années) je pensais qu'il s'agissait d'une sorte de militaires fonctionnaires qui visitaient les fermes et je n'ai jamais pris le temps de me renseigner plus avant. 

En fait il s'agissait des "collecteurs d'impots" . Ouh ! la vilaine profession !

pd413

Les impots ont toujours été la grande préoccupation des peuples et surtout des gouvernements, ce qui tente a prouver que rien n'a vraiment changé sous le soleil !

07 journalistes01

Sous l'ancien régime " la ferme générale" est une compagnie privée et privilégiée, chargée de la collecte des "impots indirects".

En tre 1726 et 1790, ses agents sont appelés " Fermiers généraux".

 L'affermage est un mode de recouvrement des impots. Par un contrat appelé bail, le roi concède a des particuliers pour une durée limités le droit de collecter des impots et d'en conserver le produit moyennant le versement d'une somme d'argent appelé " prix du bail".

En 1780, les attributions de la ferme générale seont réduites, puis par un decret du 21 mars 1791, l'assemblée nationale constituante a supprimé la "ferme générale" et ce a compter du 1e avril 1791. ( non ce n'était pas un poisson d'avril !).

Part son organisation, elle correspondait sous l'ancien régime a l'une des formes que prend aujourd'hui " une délégation de service public", exemple à notre époque : le service de distribution de l'eau potable, assainissement  ou bien transport public. Une privatisation avant l'heure en somme.

Dans une telle délégation, l'Etat confie a un organisme privé des missions relevant d'un service public, en l'occurence ici, le recouvrement de certains impots.

Les fermiers généraux étaient ceux qui tenaient " à ferme" ou a "bail" les revenus publics, composés alors principalement des impots suivants :

la taille : est un impot direct sur chaque personne. Le plus impopulaire avec la gabelle.

gabelous

le taillon : impot spécial afin de subvenir aux besoins financiers des armées, et comme en ce temps la on se battait beaucoup, les impots de ce genre étaient incommensurables.

les aides : sont des impots indirects prélevés a tous les niveaux de la société sur les biens, les denrées et autres transports, elles seront supprimées en 1789, en 1788 elles avaient rapportées environ 50 millions de livres de l'époque ! Lorsque le seigneur du coin voulait constituer une dot pour sa fille, allez on collectait des "aides", quand il devait partir pour les croisades ou prendre les eaux a Vichy, allez hop, on collecte des aides ! Comment appellerait-on cela de nos jours ? Les taxes sur tout et n'importe quoi !!

La gabelle : taxe sur le sel. Le sel est un monopole royal, il concerne 6 % des revenus royaux !

gabelle.jpg

l'impot des tabacs : Le monopole des tabacs rapportent a la ferme générale un bénéfice d'environ 6 millions de francs de l'an 2000. Fin du monopole le 24 fevrier 1791, l'assemblée nationale y décréta qu'il serait libre a toute personne de cultiver, fabriquer et débiter du tabac dans tout le royaume...d'où le "Débit de tabac" ! De nos jours le "fermier général des tabacs" se nomme SEITA.

d305010-copie-1.jpg

plombs de scellés de la ferme générale

la dime : est une contribution volontaire (ou non !) en soutien d'une organisation religieuse chrétienne, aujourd'hui : denier du culte.

images-copie-1.jpg

le vingtième : est un impot direct touchant l'ensemble de la population dont le montant est 5 % ( le 1/20e), visant a amortir les dettes du royaume. S'ils ont amorti les dettes avec ce 1/20e alors devinez qu'elle est la dette de la France actuellement si certains prélèvements sont a 75%.     !

500px-Littlefinger.jpg

les octrois à l'entrée des villes : impot indirect perçu par les municipalités à l'importation des marchandises sur le territoire, tels vin, huile, sucre, café etc.Notre taxe à l'importation actuelle.

Parfois d'origine obscure, les financiers qui prirent ces droits à " la ferme" réalisent rapidement des fortunes immenses qui leur permirent de jouer un rôle politique et social considérable, leur avidité et leurs excès choquèrent l'opinion publique de telle sorte que sur les "Fermiers généraux du bail de 1791" 28 furent exécutés suite au jugement du 28 floreal an 2, 3 emprisonnés et exécutés, 6 autres exécutés lors de procédures annexes et 7 survécurent.

On prenait moins de gants a l'époque !

 

En fait à notre époque, nous avons toujours autant d'impôts, ils ont d'autres noms afin de mieux faire "avaler les pillules" comme l'impot indirect, qui est un impot collecté par une autre personne que celle qui en supporte le coût.

59---doleances4.jpg

Les contribuables réels sont les consommateurs qui ont moins l'impression de payer des impots qu'avec l'impot direct.

Aussi les gouvernements qualifient-ils les impots indirects d'impots indolores. Pourtant quand les impots ne seraient-ce que locaux vous tombent dessus, ça fait mal !!

Les conseilleurs n'étant au grand jamais les payeurs, le peuple devra toujours mettre la main au porte-monnaie, et cela même si le porte-monnaie est est plus en plus vide.

Car en vérité je vous le dis, rien n'a vraiment changé sous le soleil !!!

Amen.

 

selma cayol

Par Du vieux Cayol à la Pelisse noire... - Publié dans : challenge A - Z 2014 - Communauté : généalogistes en tous genres
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Jeudi 5 juin 2014 4 05 /06 /Juin /2014 00:00

1905, année importante pour les gens attachés à leurs Eglises, leurs couvents et aussi et surtout a leurs écoles dirigées de mains de fer par des prêtres issus de communautés rigoristes, telles les Jesuites ou les frères Maristes pour les garçons et les religieuses enseignantes venant de plusieurs congrégations pour les filles, et avaient pour mission de brimer les corps pour élever les esprits, surtout dans la religion.

Donc, disions nous en cette année de séparation définitive de l"Eglise et de l'Etat, les inspecteurs généraux font parvenir a leurs instituteurs des directives pédagogiques si dures qu'elles s'assimilent a un vrai réglement militaire. Les gens sont bien déçus, car ils pensaient que l'école publique serait plus souple et protectrice pour leurs enfants afin de les éduquer dans une meilleure ambiance. Hélas, non ! Mais il faudra faire avec !

Pauvres enfants, au berceau déjà coupables de tous les maux. Enfants qu'ils faut dresser afin qu'ils deviennent de bons citoyens, de bons patriotes pour les garçons appellés s'il le faut a défendre leur pays, les filles ne sont pas en reste, on ne leur apprend pas a devenir des femmes libres, non seulement de bonnes ménagères, épouses et mères de famille soumises consentantes ou non.

une-etude-sur-les-ecoliers-de-vailhan-entre-1900-et-1920_37.jpg

Donc, disait la fameuse directive,

L'enfant devra arriver à l'école avec un vêtement propre, ou, tout au moins, très brossé, recouvert d'une blouse pour éviter les tâches. Devra être peu couvert, car le "confort amolli le corps et certainement l'esprit".. il lui faudra un imperméable avec capuchon car il ne doit pas se mouiller. Pas de cols raides ni de corset pour les filles vêtements proscrit par la Commission de l'hygiène des écoles, pas de ceinture, des bretelles. Pas de coiffures de laine, ni de casquette, sauf en hiver. Les filles, interdiction de porter des bonnets qui applatissent les oreilles, de gros souliers ou des sabots pour tout le monde, même la façon de se coiffer est régentée ! La tête rasée pour les garçons, pas de fantaisie pour les filles.

ecolier.jpg

Peu de chauffage dans les classes ! 17° maximum ont décrété ces Messieurs de la commission ( pas encore européenne !)

Dans les écoles "privées" c'est a dire celles qui sont restées catholiques , un uniforme bien souvent d'un ridicule consommé et si peu confortable ...

Pour éviter que les enfants se rongent les ongles, on leur bagigeonne ces derniers de nitrate d'argent , c'est "préventif" a ce qu'il parait !!!

Le maitre ou la maitresse doit veiller a ce que les élèves aient bien les mains sur le bureau au cas où...

Les garçons et les filles apprennent les bases de l'instruction , lire, écrire et compter. Et pour les filles en plus l'instruction ménagère !

On avait reproché aux écoles des "curés" de "brimer les corps pour élever l'esprit"...dans la religion et la soumission, mais les directives républicaines ont fait exactement la même chose avec d'autres mots et par l'intermédiaire de l'école en faire des esprits malléables conditionnés corps et âmes , bons soldats, bonnes reproductrices.

A ses enfants la "Patrie reconnaissante"... sauf que la Patrie n'était reconnaissante que lorsque les noms de ses enfants étaient inscrits sur les monuments aux morts.

 

L'école a bien changée, tant mieux, mais dans le fond du fond, il y a toujours cette indicible habitude un peu sadique de "brimer les corps pour soi-disant élever les esprits".

J'ai moi-même été élevée dans une institution privée religieuse et je sais de quoi je parle.

Mais, comment dire ? Vive la vie.

 

selma cayol

 

 

Par Du vieux Cayol à la Pelisse noire... - Publié dans : challenge A - Z 2014 - Communauté : Généalogie Provence-Languedoc
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mardi 3 juin 2014 2 03 /06 /Juin /2014 15:59

Notre grand-père paternel Amand travaillait toute la semaine dans les caves de teinturerie des Ets. Paul et Jean Tiberghien, rue de Paris a Tourcoing, toujours en bleus de travail, les sabots aux pieds pour se préserver du froid et de l'humidité.

431979_4955673973171_700338651_n.jpg

Il attendait le dimanche pour "s'habiller", costume trois pièces et chemise sur mesure ( pas de grands magasins de confectionneurs à l'époque), il mettait sa belle montre a gousset, sa belle cravate, ses souliers bien cirés et son canotier à la belle saison. A son revers les petits rubans des médailles militaires, prenait sa canne et allait " au débit".

sorge-amand-et-suzanne-et-enfants.jpg

Ce débit, c'était un grand café qui faisait le coin de la rue d'Alsace où il habitait et la rue de Paris où il travaillait, on y buvait, jouait aux cartes, aux dés, on pouvait même y "retenir" des journaux et autres magazines de "lectures" pour dames. 

Le dimanche midi, c'était l'apéritif ( on ne disait pas encore "l'apero"), ça discutait ferme, de politique, du travail, des bruits qui venaient d'Allemagne et que l'on écoutait a la radio. Pas de femmes, du moins pas encore, même la patronne ne se montrait pas, sauf celles qui venaient retirer Madrigal, Bonnes soirées, les veillées des chaumières ou autres Nous deux et Confidences. On y achetait des billets de la loterie nationale, du tabac, des cubes de petit gris,de rares cigarettes et des cartes postales.

debit-de-tabac-chez-rene.jpg

Vers cinq heures du soir, mon grand père allait faire sa partie de cartes avec ses voisins, camarades de l'usine ou de jardin ouvrier. Puis vers sept heures il rentrait chez lui, a l'autre bout de la rue.

Il était content, il connaissait bien les buralistes, un couple avec leur fils René.

Plus tard dans les années 50, nous les enfants, on allait chercher les journaux ou le tabac chez "René et Paul du débit". René se tenait souvent sur le pas de la porte du café revêtu de sa grande blouse blanche...je n'ai jamais su leur nom de famille.

chez-rene.jpg

Magrand mère et ma tante Malou les fréquentaient beaucoup, ils étaient voisins en quelquesorte, ma tante allait y lire Detective que son père ne voulait pas lui acheter !

chez-rene-1937.jpg

De temps en temps, ils se "visitaient" en amis, plus qu'en clients, et allaient "boire une tasse" de ce café noir et fumant que l'on passait doucement à travers la "chaussette" et l'on tenait au chaud sur un coin de la cuisinière.

 

Que de souvenirs !

selma cayol

 

Par Du vieux Cayol à la Pelisse noire... - Publié dans : challenge A - Z 2014 - Communauté : généalogistes en tous genres
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires

Présentation

Profil

  • Du vieux Cayol à la Pelisse noire...
  • De la terre vers la mer...

Créer un Blog

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés