Mercredi 17 avril 3 17 /04 /Avr 13:12

"Q", la lettre qu'il ne fallait pas prononcer !

Jusque dans les années 20, la bonne éducation des jeunes filles auxquelles on enseignait l'alphabet, leur interdisait de prononcer la lettre Q, pour cause de bienséance.

 

Mais, lorsque l'on passe une grande partie de la journée a lire les registres du passé, et que l'on recense les mariages, dont certains (beaucoup) vu les ages disproportionnés et les fonctions des mariés,  des types de 40 ans bien pourvu en patrimoine et a qui on livrait des gamines de 15 ans, chair fraîche s'il en est (si, si ...) et leur faisaient illico des nichées de 10 enfants avant leurs 30 ans ! on peut se dire sans exagérer que la généalogie est dans la plupart des cas outre une affaire d'argent, une affaire de "Q"...dans tous les sens du terme (phonétique et autres).

 

DSC02144.JPG

 

Je sais ma prose est certes, un peu crue, mais qui pourra me contredire, si comme moi vous lisez les registres dans leurs intégralités. 

 

selma cayol

 

Par le vieux Cayol... - Publié dans : Alphabet genealogique - Communauté : Généalogie Provence-Languedoc
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 17 avril 3 17 /04 /Avr 13:03

Il y eut des époques où les curés ne machaient pas leurs mots, et selon certains, il fallait appeller un "chat, un chat"... c'est ce qu'a fait Le vicaire Cheyrade à Vanxains en Dordogne, lors du baptème de cet enfant , lisez vous-même :

 

 

FRAD024_5MI21406_002_0285_21.JPG

 

 Hors du mariage point de salut !

 

Pauvre petit Antoine, il commence bien mal sa petite existence !

 

selma cayol

Par le vieux Cayol... - Publié dans : Alphabet genealogique - Communauté : généalogistes en tous genres
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 16 avril 2 16 /04 /Avr 19:29

Ma tante affectionnait les sorties de groupes,les colos, etc, la voici en 1943 avec ses amies de travail et du quartier.

 

les-buissonets-mont-dhalluin-aout-1943.jpg

 

                                                           Villa " les buissonnets" Mont d'Halluin (nord)

 

 

Puis le 17 juillet 1951 à Reckem.

 

 reckem-17-juillet-1951.jpg

Ma tante et marraine Marie-Louise dite Malou est au second rang la seconde(robe fleurie) en partant de la gauche.

 

 

et ensuite en 1952.. le jeudi 24 juillet , encore au fameux "mont d'Halluin".

 

 

 girls-girls-girls-mont-dhalluin-jeudi-24-juillet-1952.jpg

 cliquez sur les images pour les agrandir).

 

 

selma cayol

 

 

 

Par le vieux Cayol... - Publié dans : Alphabet genealogique - Communauté : généalogistes en tous genres
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Lundi 15 avril 1 15 /04 /Avr 23:01

Certains patronymes sont vraiment difficiles a porter, et lorsqu'au 18e siècle on les féminisait alors, ça atteignait des sommets. Heureusement en ce temps là, les mots n'avaient pas la même connotation que maintenant.

 

Aussi cette pauvre Françoise, non contente d'avaoir pour père un nommé Louis Con, pour son enterrement le curé avait cru interessant de féminiser son nom : Françoise Conne !

 

francoise-conne.JPG

 

 

Dieu merci, des decennies plus tard un curé compatissant a ajouté en catimini un "s" a ce nom de famille qui sans doute dans notre 21e siècle en aurait humilié plus d'un.

 

 

selma cayol

Par le vieux Cayol... - Publié dans : Alphabet genealogique - Communauté : généalogistes en tous genres
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 15 avril 1 15 /04 /Avr 01:13

C'est bizarre hein, le plus souvent c'est l'inverse qui se présente, eh bien là, non !

 

Comme depuis plusieurs mois  presqu'une année, nous relevons tous les Cayol (caillol etc.) de Provence et d'ailleurs, un jour dans les registres de Toulon, je tombe sur un acte de naissance de 1894, un enfant né de Victor Vincent Cayol né à Entrechaux (vaucluse) et d'une mère inconnue. Je me suis dit sans doute la dame ne voulait pas de cet enfant ! ça arrive ce genre de chose.

minc-1.JPG

 

Je me rend à La seyne sur mer et hop en 1895 la même chose, là, je commence a me poser des questions. Aucune réponse évidemment.

minc2.JPG

 

 

Toujours a la Seyne sur mer en 1898, des jumeaux "mâles" et toujours de Victor Vincent Cayol et d'une mère inconnue.

 

minc3.JPG

 

cliquez sur les actes pour les agrandir.

 

 

Le cas n'étant pas courant, je me rend sur geneanet pour rechercher le fameux victor, et oh surprise, on nous apprend que le dit a une relation fructueuse avec une jeune dame du nom de Valérie Augusta Antonia Corriol, un jeune Auguste , celui de 1895 a La Seyne et que le pauvre enfant est mort pendant la guerre en 1917 et déclaré Mort pour la France, il avait 20 ans.

 

La fameuse Valérie, elle, fut mariée à 15 ans avec un nommé Antoine Félicien Rivas 20 ans en 1882, ils eurent une fille en 1883. Ensuite, plus rien sur ce Monsieur Rivas...

 

Soit, il est décédé avant 1895 et alors la "dame" pouvait se remarier et avoir son nom sur les actes de naissance de ses enfants.Mais apparemment ce n'est pas le cas !

Soit le mari était complaisant ...mais les enfants portent le nom de Cayol !

Soit elle quitte ce mari, vit avec Victor, mais comme elle n'est pas divorcée ....

 

ou....je ne sais pas, si quelqu'un a une idée, je suis preneuse !

 

Comme quoi, notre époque n'a rien inventé !

 

 

 

selma cayol

Par le vieux Cayol... - Publié dans : Alphabet genealogique - Communauté : Généalogie Provence-Languedoc
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Profil

  • Du vieux Cayol à la Pelisse noire...
  • De la terre vers la mer...

Derniers Commentaires

Créer un Blog

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés