Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 00:41

Quand mes soeurs et frères étions tous dans notre "jeunesse" et que le temps était " au beau"  (eh oui, même dans le nord le temps peut être "au beau"), nos parents nous emmenaient les dimanches en promenade. A cette époque, pas encore de grandes cités, ni de lotissements, ni de bétonnage acharné de notre ville. Donc nous arpentions d'un pas nonchalant la "campagne" environnante, et elle était vaste et belle cette campagne, avec ses petits bois, ses chemins, ses fermes. En fin d'après-midi, notre "grand tour" terminé, nous arrivions "fourbus mais contents", comme Yves Montand à bicyclette, à un estaminet, un café dirait-on maintenant, où l'on pouvait se rafraichir, se reposer et surtout admirer les magnifiques coqs de combat aux couleurs resplendissantes ainsi que les grandes volières remplies de "coulons" (pigeons voyageurs).

Les coqs étaient dans de grandes cages, ils sont très agressifs, c'est dans leur nature, un jour Monsieur Beckaert le patron mit un miroir devant la cage, le coq, croyant a un intrus a bondi sur le miroir, un seul mâle dans la cage, comme un seul coq au poulailler.

cogghe-coqs-roubx2.jpg

Les combats de coqs étaient d'une violence extrème, notre mère nous interdisait de regarder ça, mais en ce temps là, la vue de la violence animale n'avait pas le même impact que de nos jours. J'avoue qu'aujourd'hui, je n'irai jamais revoir de genre de combats.

Les coqs ont une tendance naturelle a se battre entr'eux et les combats aussi anciens que la domestication du coq sauvage " gallus gallus" ! ils furent domestiqués en Asie pour leurs qualités belliqueuses, la pratique a vite envahie l'Europe grace aux grecs, romains et autres phéniciens.

Les combats se passent sur des aires dites " gallodrome". La pratique est désormais interdite. En France, elle est autorisée dans les localités où la tradition est ininterrompue depuis ses origines, il reste donc une vingtaine de gallodromes dans le Nord-Pas de Calais, ainsi qu'en Gouadeloupe, à la Réunion et a Cuba.

Faire se battre les coqs était aussi dans les temps plus anciens une manière de régler ses comptes avec autrui, sans risquer d'estropier un membre de la communauté.

dscn3752_redimensionner-3b6fa68.jpg

Pour activer un combat dit "de vitesse", on attachait un ergot artificiel à la patte de l'animal, sorte de pointe ou de lame d'environ 4 a 5 centimètres, je pense que ma soeur en avait récupéré un lors du décès de notre père, notre mère ne voulant pas garder cela chez elle. Un coq mort était vendu pour faire du "coq au vin", la chair très ferme étant longuement macerée dans le vin. Nous n'avons plus jamais mangé de coq au vin.

 

Dieu merci, il existe aussi dans cette région du nord et dans toute la France un autre genre de sport " la Colombophilie" et ses adeptes, les colombophiles, plus communément appelés " les coulonneux" !

couloneux-2.jpg

Ils élèvent avec amour des pigeons voyageurs pour les faire concourir. Ils sont bagués 8 a 10 jours après leur naissance.

A chaque concours, on commence par enloger les pigeons, c'est a dire les mettre dans des paniers spéciaux, on les enregistre, puis ils sont transportés dans des paniers plombés avec leur numéro - " attention, c'est sérieux comme concours"- et dans un camion expédiés vers le lieu du lacher. On enregistre les numéros et hop, on les délivre, gagne le premier qui revient le plus vite a son colombier.Les tricheurs sont sévèrement punis.

constateur01-copie-1.jpg

Il existe une fédération colombophilie qui a son siège a Bruxelles.

Beaucoup de "pépés" que je connaisais avaient des pigeons de concours " des coulons", ils tenaient leurs réunions dans les cafés de leurs quartiers.

Le-coulonneux266592615.jpg

Dans ma ville natale il y a même une rue " des coulons".

Ce n'est pas plus ni moins bête que de jouer au foot ! 

Mis a part ces concours, qui sont un loisir, les pigeons voyageurs eurent leurs heures de gloire pendant la Grande Guerre. Un monument a été élevé a Charleroi en honneur du "pigeon soldat", il y en a un aussi a Lille devant le jardin zoologique.

Charleroi-Au_pigeon_soldat.jpg

Le pigeon soldat, valeureuse petite bête qui par son intelligence, son sens inné de l'orientation et certainement, pourquoi pas, son sens du devoir, a sauvé beaucoup de vie.

 

Bundesarchiv_Bild_183-R01996-_Brieftaube_mit_Fotokamera.jpg

Si un jour on vous traite de "pigeon" prenez le comme un compliment.

 

selma cayol

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Du vieux Cayol à la Pelisse noire... - dans challenge A - Z 2014
commenter cet article

commentaires

Anne-Marie Jamais 05/06/2014 11:45

C'est bien intéressant. Je connaissais le rôle des pigeons dans la guerre, car étant de l'Est, j'avais vu un monument au "Vaillant pigeon" du Fort de Vaux à Verdun, mais je ne connaissais pas les
mots coqueleux et coulonneux.

M'zelle Tinou 03/06/2014 20:55

Cela ne m'est pas encore arrivé, mais oui si un jour on me traite de pigeon je le prendrais différemment ;-)

Présentation

  • : De la terre vers la mer...
  • De la terre vers la mer...
  • : Histoires et anecdotes de la famille Cayol-Boujon...de leurs ancêtres,de leurs "cousins" plus ou moins célèbres etc...
  • Contact

Profil

  • Du vieux Cayol à la Pelisse noire...

Recherche

Les Cousins Éloignés