Cousinages inattendus

Samedi 23 avril 2011 6 23 /04 /Avr /2011 17:18

Continuons a mettre la main dans notre boîte de chocolats, surtout que nous sommes en période de "Pâques chocolatées"..

 

La "Prâline" que nous en retirons mérite toute notre attention, car il s'agit de Paul CEZANNE.745px-Paul C%C3%A9zanne 090

 

Paul Cézanne naît le 19 janvier 1839 à Aix-en-Provence. Son père, Louis Auguste Cézanne, originaire de Saint-Zacharie (Var), descendant de petits artisans (drapiers, ferronniers, etc.) repérés à Marseille depuis la fin du XVIe siècle, possède une chapellerie sur le cours Mirabeau. La famille est relativement aisée et le père crée une banque, le 1er juin 1848, 24, rue des Cordeliers[1], établissement qu'il transfère en 1856 13, rue Boulegon[], et à laquelle il donnera le nom de « Banque Cézanne et Cabassol », de son nom propre et de celui de son associé.

759px-Paul C%C3%A9zanne 115

Paul Cézanne fréquente le collège Bourbon (devenu lycée Mignet), où il se lie d'amitié avec Émile Zola. Il entreprend sans enthousiasme des études de droit à l'Université d'Aix. Il suit des cours à l'École de Dessin et aménage un atelier au Jas de Bouffan, résidence que son père a achetée. Il se rend une première fois à Paris en avril 1861, poussé par son ami Zola, mais n'y reste que quelques mois et retourne dans le domaine familial à l'automne, inaugurant ainsi une série d'allers-retours entre la ville-lumière et la Provence. 200px-Paul cezanne 1861

En 1862, il abandonne la carrière juridique et s'établit à Paris. Il travaille à l'Académie Suisse et y rencontre Camille Pissarro, Pierre-Auguste Renoir, Claude Monet, Alfred Sisley et un autre Aixois, Achille Emperaire, dont il fera plus tard un portrait, resté célèbre. Il est refusé à l'École des Beaux-Arts en raison d'un tempérament jugé par trop excessif.

Durant l'année 1869, il rencontre Hortense Fiquet avec qui il aura un fils en janvier 1872. Il cachera cette liaison et cette naissance à son père, Louis-Auguste Cézanne, qui, ouvrant le courrier de son fils au Jas de Bouffan, n'apprendra qu'il est grand-père qu'en 1876. Alors, il acceptera le mariage de son fils au Jas de Bouffan en avril 1886, quelques mois avant sa mort en octobre de la même année. Paul s'installe à L'Estaque, petit village sur la côte, lorsqu'il n'est pas dans la capitale.

cezanneEn 1872, il s'installe à Auvers-sur-Oise, où il peint avec Pissarro, et travaille dans la maison du docteur Gachet. En 1874, les impressionnistes organisent leur première exposition collective dans l'atelier du photographe Nadar et le public réserve un accueil peu encourageant, voire scandalisé, aux toiles de Cézanne qui en présente trois (Une moderne Olympia, La Maison du pendu et Étude, paysage d'Auvers). Il ne présente aucun tableau au cours de la seconde exposition impressionniste, mais montre 16 œuvres en 1877 à la troisième manifestation. Les critiques sont très mitigées et il se détache du groupe impressionniste et rejoint la Provence à partir de 1882, d'abord à L'Estaque, puis à Gardanne en 1885, petit village près d'Aix. Là, il commence son cycle de peintures sur la Montagne Sainte-Victoire, qu'il représente dans près de 80 œuvres (pour moitié à l'aquarelle). Sa situation financière reste précaire, d'autant que son père diminue son soutien.

En 1886, il rompt tout contact avec Zola qui lui a envoyé son roman "L'Œuvre", (racontant l'histoire d'un peintre maudit et pourchassé par le destin incapable d'achever sa "grande œuvre") que le peintre a inspiré[]. Le 28 avril, il épouse Hortense[]. La même année, son père meurt, lui laissant un héritage confortable qui le met à l'abri financièrement.

Sa première exposition personnelle, organisée par le marchand de tableau Ambroise Vollard en 1895 en l'absence du peintre, se heurte encore à l'incompréhension du public, mais lui vaut l'estime des artistes. Sa renommée devient internationale et il remporte à Bruxelles un grand succès lors des expositions des Indépendants. Il se fait construire en 1901-1902 un atelier dans la périphérie d'Aix : l'atelier des Lauves. 175px-Paul C%C3%A9zanne 160

Dès novembre 1895, Cézanne loue un cabanon aux Carrières de Bibémus afin d'y entreposer son matériel de peinture et ses toiles et où il passe une bonne partie de son temps, voire de ses nuits[][], jusqu'en 1904[].

En octobre 1906, alors qu'il peint sur le motif, dans le massif de la Sainte-Victoire, un violent orage s'abat. Cézanne a un malaise. Il est recueilli par des charretiers et déposé dans sa maison de la rue Boulegon, à Aix, où il mourra, le 22, emporté par une pneumonie.

175px-Paul C%C3%A9zanne 156 

extrait de Wikipedia.

 

selma cayol

 

 

 

 

Les ancêtres communs de Thierry et Paul sont :

 

Pons NEGREL et Alyone OLIVIER

 

ce couple a 2 enfants connus :

 

Catherine NEGREL qui épousera Honorat DURBEC

 

Antoine NEGREL né à Roquevaire en 1583 et décède à Gémenos le 13 décembre 1638, il épouse le 20 avril 1604 à Gémenos Madeleine DUCHIER (+1641).

 

Si pour Thierry le couple Pons Negrel et Aluone Olivier n'est qu'un collatéral, en revanche pour Paul Cezanne ils sont ses sosas( ancêtres directs).

 

 

 

 

Selma Cayol

Par le vieux Cayol... - Publié dans : Cousinages inattendus
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 4 mars 2011 5 04 /03 /Mars /2011 20:04

Continuons a fouiller dans notre Boîte de chocolats ...et " A bon marseillais, il fallait un autre bon marseillais"....Jean-Claude Gaudin marseillais du quartier de Mazargues...a un couple en commun avec Thierry.

 

De ce couple Valentin CAILLOL et Clère GOUDE descendent  Jean-Claude GAUDIN et Thierry CAYOL et sa fratrie.

 

Jean-Claude GAUDIN, Maire de Marseille

 

maire3webJean-Claude Gaudin est né le 8 octobre 1939 à Mazargues, dans les quartiers sud de Marseille. Les origines de sa famille remontent à 1600 dans ce village indépendant de Marseille jusqu’en 1789.

Professeur d'histoire et de géographie, il enseignera pendant plus de 15 ans au collège et lycée Saint-Joseph les Maristes à Marseille. Il participe très jeune à la vie politique. En 1965, après son service militaire, il est élu sur la liste socialo-centriste "Deferre-Rastoin" contre la liste Gaulliste UNR. Il devient le benjamin du conseil municipal de Marseille. Il est réélu en 1971.

Il adhère, en 1973, aux Républicains Indépendants et participe, l'année suivante, à la campagne présidentielle de Valéry Giscard d'Estaing.
1978 – Première élection à l'Assemblée Nationale
En 1986, Jean-Claude Gaudin conduit dans les Bouches-du-Rhône les listes UDF aux Législatives et aux Régionales. Le 25 Avril 1986, il devient président du premier conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur élu au suffrage universel direct
En 1988, après la dissolution de l'Assemblée Nationale, il est réélu, pour la 4ème fois, député des Bouches-du-Rhône, toujours dans la 2ème circonscription de Marseille, avec 60,63 % des suffrages exprimés. Il est reconduit à la Présidence du Groupe UDF à l'Assemblée Nationale.
En Mars 1989, Jean-Claude Gaudin se présente pour la deuxième fois à la Mairie de Marseille mais il échoue dans sa tentative.
1989 – Le choix du Sénat
Il est réélu président du conseil régional le 27 Mars 1992.

En 1995, Jean-Claude Gaudin accède au poste de maire de Marseille.

Sa liste "Ambition Marseille" est élue dès le premier tour dans le 4ème secteur et remporte quatre autres secteurs sur les sept restants au second tour.
En juin 1997, avec la dissolution de l'Assemblée Nationale, il cesse ces fonctions ministérielles.
Le 14 juillet de la même année, il est fait Chevalier de la Légion d’Honneur.

Le 6 octobre 1998, il devient Vice-Président du Sénat.

Le 15 septembre 2000 il est élu Président de la nouvelle Communauté urbaine Marseille Provence Métropole, créée à son initiative.
Comme en 1995, Jean-Claude Gaudin est réélu dès le premier tour dans son fief électoral des 6ème et 8ème arrondissements
Cet excellent résultat se traduit par une majorité absolue de 61 sièges sur 101.

Jean-Claude GAUDIN est réélu Maire de Marseille le 25 mars 2001 et président de la Communauté Urbaine Marseille Provence Métropole le 11 avril suivant.

Le 3 octobre 2001, Jean-Claude Gaudin est réélu vice-président du Sénat pour 3 ansLe 18 Octobre 2001, il est élu membre de l’Académie de Marseille dans la section des Beaux-Arts.

Du 25 octobre 2002 au 24 octobre 2003, Jean-Claude Gaudin préside l’
Association des Communautés Urbaines de France.

En décembre 2002, il succède à Renaud Muselier, nommé Secrétaire d'Etat aux Affaires Etrangères, à la Présidence de l'Etablissement Public d'Aménagement Euroméditerranée qu'il quittera en décembre 2005.

Elu Vice-Président délégué de l’UMP le 17 novembre 2002, aux côtés d’Alain Juppé, président et de Philippe Douste-Blazy, secrétaire général.

A nouveau candidat à cette fonction, aux côtés de Nicolas Sarkozy et de Pierre Méhaignerie, il est réélu le 28 novembre 2004, Vice-Président de l’UMP. Il en devient, le 2 juin 2005, le Président délégué à la suite de la nomination de Nicolas Sarkozy au gouvernement.

Le 6 octobre 2004, Jean-Claude Gaudin est réélu pour la 3e fois Vice-Président du Sénat. Il est désormais le premier Vice-Président de la Haute-Assemblée.


Ancêtres communs

 

Sosas communs a Thierry CAYOL et Jean-Claude GAUDIN

 

Valentin CAILLOL et Clère GOUDE

Ils eurent entr’autres enfants :

 

Rose CAILLOL née vers 1675 à Saint-Marcel terroir de Marseille, décédée le 7 avril 1745 à Mazargues, elle épouse Anthoine TRICON décédé à Mazargues le 4 avril 1734

 

Ils sont les ancêtres de Jean-Claude GAUDIN ( sosas 1450 et 1451 G.11)

 

Nicolas CAILLOL né le 16 novembre 1671 à Saint-Marcel, il épouse le 2 février 1697 à Saint Marcel Elisabeth REYNIER née le 29 septembre 1680, décédé le 24 décembre 1758 à Saint Marcel

 

Ils sont les ancêtres de Thierry CAILLOL (sosas 512 et 513 G.10)

 

N.B. Il est à noter que les parents d’Elisabeth REYNIER  André Reynier et Marguerite Lieutaud font également partie de l’ascendance d’Albert CAMUS écrivain mondialement connu.

 

SC.

 

 

 

 

 

A bientôt pour une autre surprise généalogique.

 

 

Selma Cayol

Par le vieux Cayol... - Publié dans : Cousinages inattendus
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 4 mars 2011 5 04 /03 /Mars /2011 14:51

 

Lorsque l'on commence une généalogie, c'est un peu comme la boîte de chocolats de la maman de  Forrest Gump, on ne sait jamais sur quoi on va tomber !

 

Qu'elle ne fut pas notre surprise en découvrant les liens très anciens ou quelquefois plus récents... existants entre Thierry et certains personnages connus célèbres ou non d'ailleurs, tels que Che Guevara, Albert Camus, le Pape Urbain V et même ...Jean Claude Gaudin, l'actuel Maire de Marseille...

 

Le premier de la liste sera celui auquel nous nous attendions le moins : Che Guevarra... 

 

  

 che

 

 

 

Ernesto Rafael Guevara de la Serna,

 

                  plus connu sous le nom de Che Guevara ou Le « Che »

 

 (prononcé communément « tché guévara» en français), né le 14 juin 1928 à Rosario, Argentine et exécuté le 9 octobre 1967 à La Higuera (Bolivie), est un révolutionnaire marxiste et homme politique d'Amérique latine, dirigeant de la guérilla internationaliste cubaine.

  

 

Ernesto Guevara de la Serna naît le 14 juin 1928 à Rosario, Argentine, de Ernesto Guevara Lynch et Celia de La Serna tous deux d'ascendance irlandaise et espagnole noble. Beaucoup d'éléments indiquent cependant que sa date de naissance officielle ait été reculée d'un mois pour éviter un scandale, car trop proche du mariage. C'est-à-dire que le Che Guevara serait né le 14 mai 1928. Ses parents sont de lignée aristocratique mais vivent comme une famille de classe moyenne, avec un penchant pour des idées de gauche non autoritaristes, s'opposant notamment à Perón et à Hitler. La tante d'Ernesto, qui a élevé sa mère à la mort prématurée de leurs parents, est communiste.

 

 Alors qu'il est jeune étudiant en médecine, Guevara voyage à travers l'Amérique latine, ce qui le met en contact direct avec la pauvreté, dans laquelle beaucoup de gens vivent alors. Son expérience et ses observations pendant ces voyages l'amènent à la conclusion que les inégalités socio-économiques peuvent seulement être changées par la révolution. Cette conclusion le pousse à intensifier son étude du marxisme et à voyager au Guatemala afin d'apprendre des réformes entreprises par le président Jacobo Arbenz Guzmán, renversé quelques mois plus tard par un coup d'État appuyé par la CIA.

 

 

f4e02020070504095835022

 

 

Peu après, Guevara rejoint le mouvement du 26 juillet, un groupe paramilitaire dirigé par Fidel Castro. Après plus de deux ans de guérilla, ce groupe prend le pouvoir à Cuba en renversant le dictateur Fulgencio Batista en 1959. Guevara occupe plusieurs postes importants dans le gouvernement cubain, d'abord procureur d'un tribunal révolutionnaire qui exécute plusieurs centaines de policiers, militaires, mais aussi de nombreux civils, jugés coupables de crimes de guerre, créé des camps de travail, puis échoue en partie dans l'industrialisation du pays en tant que ministre. Il écrit pendant ce temps plusieurs ouvrages sur la pratique de la révolution et de la guérilla. En 1965, il quitte Cuba avec l'intention d'étendre la révolution au Congo-Léopoldville, sans succès, puis en Bolivie où il est capturé et exécuté sommairement par l'armée bolivienne entraînée et guidée par la CIA.

 

 


Après sa mort, Che Guevara est devenu une icône pour les mouvements révolutionnaires marxistes du monde entier. Une photo de lui par Alberto Korda est considérée comme une des plus célèbres au monde.

 

 

 

 

Ancêtres(sosas) communs avec Thierry CAYOL 

  

Gilbert Ier de GEVAUDAN et Gerberge de PROVENCE 

Ils eurent deux filles :

  

Douce de Provence, comtesse de Provence, née vers 1090, décédée vers 1129. Elle épouse le 3 février 1112 Raymond-Berenger III Cte de Barcelone.

 

Ils sont les ancêtres de « Che » GUEVARA (sosa n°23.023.635 G.26)

 

Etiennette de Gevaudan, épouse avant 1116 Raymond-Raimbaud des Baux. 

  

Ils sont les ancêtres de Thierry CAYOL (sosa n°99.864.593 G.28) 

 

 000-GUEVARA de la SERNA Ernesto

 

 



 

 

(ndlr) : Sosa : méthode de classement qui donne le numéro 1 à la personne qui construit l'arbre, ici en l'occurence Thierry Cayol, et dont le père sera le numéro 2, le grand père paternel numéro 4 et ainsi de suite.

G: lettre se rapportant à la génération, ici génération 26 pour Guevarra et génération 28 pour Thierry.

 

SC. 

 

 

A bientôt...dans la boîte de chocolats !

 

SC.

Par le vieux Cayol... - Publié dans : Cousinages inattendus
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Profil

  • Du vieux Cayol à la Pelisse noire...
  • De la terre vers la mer...

Créer un Blog

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés