Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 16:41

Dans la fin des années 50 et début 60, j'accompagnais très souvent ma grand-mère paternelle et ma tante, ma "marraine", au "Théâtre" le samedi soir, car elles y étaient abonnées. J'aimais beaucoup cela, nous allions voir des opérettes et des opéras comiques. Je crois y avoir vu toute la collection d'opérettes connues à l'époque, et même certaines plusieurs fois ! Les comédies musicales n'étaient pas de mise dans le "Théâtre", temple vénéré de l'Art lyrique.

municipal.jpg

Le foyer était beau et vaste, tapis rouge au sol, murs tendus de tapisserie crème à reflets, les lustres et les appliques dorés tamisaient une lumière qui, selon les "dames" du vestiaire, devait mettre en valeur le teint et les toilettes des belles spectatrices, qui pour l'occasion "s'habillaient", c'est a dire mettaient leurs plus beaux tailleurs, ou une jolie robe soyeuse, leur veste ou leur manteau de fourrure, leurs bijoux.


dame


Cette époque, était encore bénie pour les femmes. L'élégance et le bon goût étaient de mise. Même sans fortune il était possible et même fortement recommandé de se "tenir" , car le théâtre est un microcosme de la société, et le moindre faux pas , le moindre laisser-aller dans la tenue, aussi bien vestimentaire que personnelle, n'était pas admis.

Ce que je retiens de cette période de ma "grande enfance" dirions nous, quand je sortais avec elles, c'était l'application qu'elles mettaient à être bien mises, bien maquillées, bien coiffées, et surtout, surtout, bien parfumées.

De l'odeur suave douce et satinée de la poudre de riz, aux parfums capiteux ou fleuris des senteurs à la mode, le "Soir de Paris" de Bourjois, flottait dans l'air, et donnait, le temps d'une soirée une allure luxueuse de foyer d'Opéra à ce petit théatre municipal.

--KGrHqR--lYFDOe9DMr5BQ4D4jG-Wg--60_35.JPG

Lorsque je sens certaines poudres parfumées et que je ferme les yeux, elles raniment mes souvenirs, et ceux très vivaces de mes "soirées théâtrales" où, pour moi, a cette époque, tout n'était que luxe, calme et volupté.

 

selma cayol


 

 

Partager cet article

Published by Du vieux Cayol à la Pelisse noire... - dans challenge A - Z 2014
commenter cet article

commentaires

Anne Dardaud 03/07/2014 11:54

Ah ! La mémoire olfactive est ce qu'il y a, à mon sens de plus puissant ! Très joli billet !

Présentation

  • : De la terre vers la mer...
  • De la terre vers la mer...
  • : Histoires et anecdotes de la famille Cayol-Boujon...de leurs ancêtres,de leurs "cousins" plus ou moins célèbres etc...
  • Contact

Profil

  • Du vieux Cayol à la Pelisse noire...

Recherche

Les Cousins Éloignés