Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 19:44

Valentin CAILLOL est fort probablement le fils cadet de Roland CAILLOL et de Claudette CARBONEL, il vient au monde en 1628 à Marseille, sur la paroisse de Saint Marcel.

Ses parents y possèdent maison, terres,troupeaux, bois et vignes. Sa mère Claudette CARBONEL possède quant a elle avec son frère Anthoine dit "l'hermitte" un domaine sur le terroir de La Penne-sur-Huveaune, dont les partages et donations successives vont donner lieu a des querelles dépassant l'entendement et que je vous relaterai dans une prochaine page.

  julien dupre b1148 un berger et son troupeau

Donc, notre Valentin se rend à La Penne, probablement chez ses Grands-parents et y rencontre Clère GOUDE, fille de Louis GOUDE Maître patissier de son état et de Jeanne BLANC. Clère a déjà 28 ans, mais c'est un age quasi normal pour une jeune fille de son époque. Son "état" de fille d'artisan lui permettait d'attendre un peu pour trouver un parti convenable. La famille CARBONEL est une "bonne" famille, bien placée et jouissant de domaines assez lucratifs.

 

Et le 16 septembre 1660, à Marseille paroisse de Saint Julien ( on ne mariait, ni ne baptisait à cette époque à La Penne, donc il fallait aller ailleurs.) ils se marient.

 

68Ils s'installent à Marseille paroisse de Saint Marcel, puis après l'établissement de tous leurs enfants, Valentin vend sa propriété de Saint Marcel et va s'installer avec son épouse et son fils Nicolas sur ses terres héritées de sa mère à La Penne-sur-Huveaune.

 

Le 1er septembre 1674, malade et très inquiet pour sa vie, Valentin fait un testament afin de préserver son épouse enceinte de 6 mois et ses enfants. La mort ne voulant pas encore de lui ne le prendra qu'en 1704, soit 30 ans plus tard. 

 

 

 

Ils auront 6 enfants connus.

 

 

-Jeanne CAILLOL née vers 1661, elle mourra certainement assez jeune, car elle n'est plus mentionnée après 1674 dans les documents notariaux de la famille.

 

- Jean-Baptiste CAILLOL né vers 1663 à Saint Marcel, il épouse le 9 juin 1687 à Marseille (date du premier versement de la dot) Marguerite HENRY fille de Claude et de Jeanne BLANC. Leur contrat de mariage sera établi à Marseille le 18 mai 1687. Ils auront 5 enfants dont une grande descendance.

 

-Anne CAILLOL née probablement vers 1665, elle épouse a Saint-Marcel (Marseille) le 21 février 1685 Nicolas CAILLOL, fils de Jean et de Marguerite REYNAUD.

 

- Nicolas CAILLOL, né à Marseille paroisse de Saint Marcel le 16 novembre 1671, il épousera Elisabeth REYNIER ( voir article suivant).

 

-Madeleine CAILLOL née à Marseille paroisse de Saint Marcel le 15 novembre 1674, baptisée le dimanche 18 novembre son parrain sera François MARITON, sa marraine  Madeleine CARLE. Elle épouse à Marseille le 21 novembre 1694 Pierre ROUX  , fils de Barthelemy et de Marguerite VIAL.

Pierre ROUX aura beaucoup de mal à récuperer la totalité de la dot de sa femme, Valentin CAILLOL avare, et peu enclin a se séparer de ses biens...se fera beaucoup "tirer l'oreille"...

 

- Marguerite Rose CAILLOL née vers 1675 sans doute également à Saint Marcel épouse à la paroisse de Saint Marcel  le 20 mai 1696 Anthoine TRICON natif de Mazargues fils de Marc-Antoine et de Jeanne BONNIFAY, elle décèdera le 8 avril 1745, et sera inhumée dans l'église de Mazargues avec  "13 cierges d'une livre et demie", Pierre TRICON était décédé le 4 avril 1734 et inhumé dans l'église des Carmes de Mazargues. Ils auront  3 enfants. C'est de l'un de leurs enfants que descend  Jean-Claude GAUDIN Senateur-Maire de Marseille.

 

Valentin meurt le 24 février 1704, son épouse Clère  GOUDE,  mourra le 16 juillet 1716 à La Penne-sur-Huveaune( qui s'appellait alors "La Penne-lez-Aubagne) elle est inhumée le 17 dans l'église Saint Laurent à La Penne.

 

Selma Cayol

Repost 0
Published by le vieux Cayol... - dans de Caihol à Cayol
commenter cet article
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 19:18

 

 

Pierrette Emmanuelle CAILLOL, est une actrice de cinéma française, née le 17 juillet 1898 au 7, rue Martiny à Marseille, fille de Jules François CAILLOL 28 ans employé et de Adèle Joséphine SICARD 23 ans, le témoin sera Julie CAILLOL 30 ans probablement la soeur de Jules.

 

Pierrette-Caillol.jpgEn 1921, elle débute sa carrière au cinéma dans un film de Pierre Colombier : " Monsieur Ledibois propriétaire".

En 1930, elle fait la connaissance de Yvan Noé, avec qui elle tourne " Le chanteur de Séville", ayant pour partenaire l'idole de l'époque Ramon Novarro.novarro.jpg

 

Sa carrière se poursuit , elle tournera avec des noms prestigieux du cinéma d'avant-guerre, comme Raimu, Danielle Darrieux, Fernandel etc...

 

le_chanteur_de_seville.jpg

 

les_vacances_finissent_demain01.jpg

 

 

Le 30 juillet 1962 à Olivert(loiret), elle épousera Yvan NOE de son vrai nom Marie Edgar Jean NOETINGER, 02 Yvan Noéalors romancier, auteur dramatique, réalisateur et producteur de cinéma français né le 18 mai 1895 à Nancy. Hélas , le mariage sera de courte durée, en effet Yvan meurt le 7 juillet 1963 à Nice.

 02 Pierrette Caillol

 

Pierrette quant a elle, décèdera le 8 juin 1991 à Nice.

 

 

Selma Cayol

 

 

 

 

Repost 0
Published by le vieux Cayol... - dans Caillols célèbres
commenter cet article
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 14:50

Article sur ce pittoresque personnage célébre en son temps ...et avec qui cousine la fratrie CAYOL ...comme quoi le gêne de la musique existe et il se transmet !!

 

 

 

Pierre Louis Fortuné CAYOL ( inscrit Caillol sur son acte de naissance !) est né le 21 avril 1826 à 8 heures du matin rue Saint François dans la commune d'Aubagne, où habitaient ses parents Joseph Antoine "pottier a terre" de son état et Marie Louise COSTE son épouse.

 

En juillet 1846, le jeune Fortuné épouse à Aubagne Marie Anne Clere NICOLAS a peine agée de 15 ans ! qui enceinte de 4 mois devait donner la vie le 8 décembre suivant à une petite Marie Henriette, prénom de sa grand mère maternelle.

 

Très vite Fortuné donne des  signes de son talent de Tambourinaïre, il écrira même nombre de pièces restées comme des classiques du genre. Il est de toutes les fêtes...et deviendra de son vivant une célébrité en Provence.

  au son des tambourins

Il sera le "doyen des Tambourinaïres provencaux"

 

Il meurt le 29 novembre 1902 à Aubagne, après avoir traversé tout le 19e siècle et connu tous les régimes politiques de la monarchie à la 3e république, en passant par le second empire et les horreurs de la commune de 1870...

 

 

En étudiant ce personnage sympathique , je me suis aperçue qu'il y avait un fort "cousinage" entre ce Fortuné et Thierry, et par là même Viviane et Didier CAYOL...je vous explique comment :

 

 

La fratrie CAYOL actuelle descend de Ambroise CAILLOL et de Thérèse MEISSONNIER par leur fils Jacques Sebastien, vous avez pu le lire sur la page "de Caihol à Cayol"...

 

En ce qui concerne Fortuné :

 

il était le fils de Joseph Antoine CAILLOL né à Aubagne le 22 aout 1803 x le 16 septembre 1821 à Aubagne Marie Louise COSTE

 

lui-même était le fils de Louis CAILLOL né le 13 janvier 1776 à La Penne sur Huveaune x le 29 mai 1799 à Aubagne Rose Magdelaine BONIFAY

 

ce même Louis était le fils de

Benoit CAILLOL né à La Penne sur Huveaune le 14 septembre 1744 x le 28 novembre 1769 à Aubagne Rose CAMOIN

 

Benoit CAILLOL fils d'Ambroise CAILLOL et de Thérèse MEISSONNIER était le Frère de Jacques Sebastien CAILLOL dont la fratrie CAYOL actuelle descend !!!

 

 

Donc en conclusion, dans ce cousinage évident et prouvé.. le gène de la musique est présent et vérifiable ... n'est ce pas Viviane !

 

8419 136113662562 57061247562 2930997 7434216 nimg119 et hop ! en avant la musique ...

    Viviane Cayol "Alcaz"                         Fortuné Cayol  

 

 

SC.

 

 

 

 

SC.

Repost 0
Published by le vieux Cayol... - dans Caillols célèbres
commenter cet article
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 13:44

Nous voici donc au début de notre aventure. Et comme "A tout Seigneur, tout Honneur" nous allons commencer par la famille Cayol, qui au gré de l'ouïe des curés...et aussi de leurs identités régionales, le patronyme a beaucoup changé..voire évolué dirions nous au cours des siècles, en commencant par Caillol, pour continuer en Caihol et se terminer en Cayol. Mais il connut bien d'autres graphies aussi nombreuses que fantaisistes..telles que Caïol, caillolle,Cayolle et j'en passe.

 

Voici l'ascendance de père en fils ou de fils en père ...de Thierry jusqu'au plus ancien trouvé Jean Caillol dit "le vieux Caillol".

 

 

1- Thierry Jean Marie CAYOL  né à Marseille le 28 novembre 1961 marié à Marseille le 4 avril 2009 avec Selma

 

2- Robert Marie Noël CAYOL né à Marseille le 24 décembre 1934 marié à Fès (Maroc) le 28 avril 1958 avec Evelyne BOUJON

 

3- Jean Joseph Georges CAYOL né à Marseille le 29 juin 1905 marié à Marseille le 16 mars 1928 avec Simone SPINOSI

 

4- Baptistin Marius CAYOL né à Bandol (83) le  10 mai 1865 marié à Bayonne (64) le 13 avril 1901 avec  Marie LARROSE

 

5- Joseph Marie CAYOL né à St.Cyr s/mer (83) le 26 aout 1831 marié à Bandol (83) le 16 janvier 1861 avec Iphigénie Louise BADINI

 

6- Jean Joseph CAYOL né à La Penne s/Huveaune (13) le 24 novembre 1801 marié à St.Cyr s/mer le 27 septembre 1830 avec Marie Louise ROUDEN

 

7- Jacques Sébastien CAILLOL né à La Penne s/Huveaune (13) le 26 aout 1762 marié à Aubagne le 28 février 1786 avec Marie SENEZ

 

8- Ambroise CAILLOL (calliol) né à Marseille (saint marcel) le 8 février 1713 marié à Marseille(saint marcel) le 20 avril 1738 avec Thérèse MEISSONNIER

 

9- Nicolas CAILLOL (calliol) né à Marseille (saint marcel) le 16 novembre 1671 marié à Marseille (saint marcel) le 2 fevrier 1697 avec Elisabeth REYNIER

 

10- Valentin CAILLOL né vers 1626 à Marseille  marié à Marseille (saint julien) le 16 septembre 1660 avec Claire GOUDE

 

11- Roland CAIHOL né le 14 septembre 1603 à Marseille marié à Marseille (saint marcel) le 21 mars 1626 avec Claudette CARBONEL

 

12- Louis CAYOL marié avec Magdelaine AUDIBERT

 

13- Roland CAILLOL marié à Trets par contrat du 15 septembre 1555 avec Honorade MANEILLE de Peynier

 

14- Hugon CAILLOL né à Marseille marié avec Catherine MAGALLON

 

15- Claude CAILLOL marié avec Guilhelme CAMOIN

 

16- Etienne CAILLOL né à Marseille marié à Signes (83) le 1er avril 1459 avec Catherine Silette AMALRIC

 

17- Jacques CAILLOL né à Signes (83) marié à Marseille le 28 mars 1440 avec Agnès BOUFFIER

 

18- Jean CAILLOL dit " le vieux Caillol" né vers 1410 à Signes marié avec Hugone...

 

 

  signes arche

 

 

 

                                                                             Signes , là où tout a commencé ...

Repost 0
Published by le vieux Cayol... - dans de Caihol à Cayol
commenter cet article
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 13:42

Une légende familiale voudrait que les BOUJON soient issus de Boson III roi de Provence , couronné a Mantaille vers 844.

Pourquoi pas ! mais rien à l'heure actuelle ne vient etayer cette hypothèse.

 

Mais qui sait ...un jour peut-être !

 

 

Pour l'instant, l'ascendance directe arrive à Bedarrides (84) alors que Boson roi de Provence était d'origine Bourguignonne. Mais la Bourgogne d'alors, n'avait sans doute rien à voir avec la Bourgogne actuelle.

 

 

Voici donc, comme pour les CAYOL l'ascendance d'Evelyne Marie Louise BOUJON.

 

 

1- Evelyne Marie Louise BOUJON née un 31 décembre à Fès (Maroc) épouse à Fès le 28 avril 1958 Robert CAYOL

 

2- Emile Amédée Jean Camille BOUJON né le 27 mars 1909 à Tirman (Algérie) épouse à Fès le 28 octobre 1930 Henrie Jeanne Paulette LAGARDERE

 

3-  Antonin Maximilien Gabriel BOUJON né le 18 mai 1884 à Arles épouse à Telagh (Algerie) le 1er aout 1908 Blanche Emilie FAUCHER

 

4- Jean Evariste BOUJON né le 24 juin 1859 à Arles épouse à Arles le 12 avril 1882 Philippine Louise Henriette RAYMOND

 

5- Guillaume BOUJON né le 19 novembre 1819 à  Arles épouse le 14 avril 1845 à Arles Françoise-Marie BLANCHARD

 

6- Jean BOUJON né le 19 fevrier 1795 à Arles épouse le 8 fevrier 1819 à Arles Lucrèce BRUN

 

7- Jean Baptiste Valérien BOUJON (Bouzon, Boujeon) né le 11 mars 1753 à Saint Martin de Crau épouse le 4 juin 1779 à Arles Rose GRANET

 

8- François BOUJON (bouzon, bauzon) né le 17 mai 1716 à Bedarrides (84) épouse le 21 mai 1740 à Arles (la Major) Marguerite CHABERT

 

9- Antoine BOUJON (bonzon, bouson, bauzon) né le 9 mai 1671 à Bedarrides épouse le 21 aout 1702 Jeanne FRIAUD

 

10- André BOUJON (bouzon, bonson)  épouse le 19 avril 1667 en Avignon (St.Agricol) Anne GOUNET

 

 

Dernier BOUJON direct connu jusqu'à présent.

 

Chaque couple sera développé dans les articles comme pour les CAYOL.

 

 

SC.

 

Repost 0
Published by le vieux Cayol... - dans de Boson à Boujon
commenter cet article
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 16:59

image.jpgselma cayol

Repost 0
Published by le vieux Cayol... - dans La généalogie
commenter cet article
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 17:57

Il y eut des époques où les curés ne machaient pas leurs mots, et selon certains, il fallait appeller un "chat, un chat"... c'est ce qu'a fait Le vicaire Cheyrade à Vanxains en Dordogne, lors du baptème de cet enfant , lisez vous-même :

 

 

FRAD024_5MI21406_002_0285_21.JPG

 

 

Pauvre petit Antoine, il commence bien mal sa petite existence !

 

selma cayol

 

Repost 0
Published by le vieux Cayol... - dans La généalogie
commenter cet article
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 11:20

 

01A7010F03374854-photo-genealogie.jpg

 

Son virus se répand partout dans le pays
Et je l'ai attrapé il y a quelques années
Certes, il ne propage aucune maladie
Mais... il rend un peu fou ceux qu'il a attaqués.

Il ne faut pas, c'est sur, avoir toute sa tête
Pour passer ses vacances à hanter les archives,
Dans tous les coins du monde, poursuivre son enquête,
Et le congé suivant, voilà qu'on récidive !

Faut-il être vraiment sain d'esprit, dites-moi,
Pour venir s'enfermer, les jours ensoleillés,
Avec de vieux registres qui nous mettent en émoi,
Des actes centenaires pour nous émerveiller ?

Il doit certainement nous manquer une case
Pour qu'un nom gribouillé nous transporte de joie,
Pour qu'un acte trouvé nous remplisse d'extase,
Pour qu'un lieu illisible nous mette aux abois !

Devant de sombres écrans qui fatiguent nos yeux
Nous passons maints moments dans des salles obscures,
Afin de dénicher de très lointains aïeux
Et pouvoir les léguer aux époques futures.

Il arrive parfois qu'on perde les pédales
Dans cette profusion de frères, de parrains,
De tantes, de cousins, qui forment un vrai dédale
Où il est parfois dur de trouver son chemin !

C'est un puzzle géant aux innombrables pièces,
Qu'avec beaucoup d'ardeur et de persévérance,
Il nous faut rechercher et assembler sans cesse
En demandant souvent de l'aide à Dame chance

En haussant les épaules, d'aucuns pourront trouver
Qu'il y a mieux à faire qu'à fouiller le passé.
Que l'avenir étant plus digne d'intérêt,
C'est bien plutôt vers lui qu'il faudrait se tourner.

Mais on pourrait répondre à ces indifférents
Que leurs ancêtres aussi leur ont transmis la vie,
Qu'ils devraient tout au moins être reconnaissants
Et pour les remercier, les sauver de l'oubli.

Même si un chercheur découvrait un vaccin
Pour nous remettre un peu le cerveau à l'endroit,
J'entend continuer cette quête sans fin
Rester un peu toqué.... Après tout, c'est mon droit.

 

Annie NOUVEL-ARMAND

 

 

 

 

Selma Cayol qui adhère totalement a cette philosophie.

 



Repost 0
Published by le vieux Cayol... - dans La généalogie
commenter cet article
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 17:18

Continuons a mettre la main dans notre boîte de chocolats, surtout que nous sommes en période de "Pâques chocolatées"..

 

La "Prâline" que nous en retirons mérite toute notre attention, car il s'agit de Paul CEZANNE.745px-Paul C%C3%A9zanne 090

 

Paul Cézanne naît le 19 janvier 1839 à Aix-en-Provence. Son père, Louis Auguste Cézanne, originaire de Saint-Zacharie (Var), descendant de petits artisans (drapiers, ferronniers, etc.) repérés à Marseille depuis la fin du XVIe siècle, possède une chapellerie sur le cours Mirabeau. La famille est relativement aisée et le père crée une banque, le 1er juin 1848, 24, rue des Cordeliers[1], établissement qu'il transfère en 1856 13, rue Boulegon[], et à laquelle il donnera le nom de « Banque Cézanne et Cabassol », de son nom propre et de celui de son associé.

759px-Paul C%C3%A9zanne 115

Paul Cézanne fréquente le collège Bourbon (devenu lycée Mignet), où il se lie d'amitié avec Émile Zola. Il entreprend sans enthousiasme des études de droit à l'Université d'Aix. Il suit des cours à l'École de Dessin et aménage un atelier au Jas de Bouffan, résidence que son père a achetée. Il se rend une première fois à Paris en avril 1861, poussé par son ami Zola, mais n'y reste que quelques mois et retourne dans le domaine familial à l'automne, inaugurant ainsi une série d'allers-retours entre la ville-lumière et la Provence. 200px-Paul cezanne 1861

En 1862, il abandonne la carrière juridique et s'établit à Paris. Il travaille à l'Académie Suisse et y rencontre Camille Pissarro, Pierre-Auguste Renoir, Claude Monet, Alfred Sisley et un autre Aixois, Achille Emperaire, dont il fera plus tard un portrait, resté célèbre. Il est refusé à l'École des Beaux-Arts en raison d'un tempérament jugé par trop excessif.

Durant l'année 1869, il rencontre Hortense Fiquet avec qui il aura un fils en janvier 1872. Il cachera cette liaison et cette naissance à son père, Louis-Auguste Cézanne, qui, ouvrant le courrier de son fils au Jas de Bouffan, n'apprendra qu'il est grand-père qu'en 1876. Alors, il acceptera le mariage de son fils au Jas de Bouffan en avril 1886, quelques mois avant sa mort en octobre de la même année. Paul s'installe à L'Estaque, petit village sur la côte, lorsqu'il n'est pas dans la capitale.

cezanneEn 1872, il s'installe à Auvers-sur-Oise, où il peint avec Pissarro, et travaille dans la maison du docteur Gachet. En 1874, les impressionnistes organisent leur première exposition collective dans l'atelier du photographe Nadar et le public réserve un accueil peu encourageant, voire scandalisé, aux toiles de Cézanne qui en présente trois (Une moderne Olympia, La Maison du pendu et Étude, paysage d'Auvers). Il ne présente aucun tableau au cours de la seconde exposition impressionniste, mais montre 16 œuvres en 1877 à la troisième manifestation. Les critiques sont très mitigées et il se détache du groupe impressionniste et rejoint la Provence à partir de 1882, d'abord à L'Estaque, puis à Gardanne en 1885, petit village près d'Aix. Là, il commence son cycle de peintures sur la Montagne Sainte-Victoire, qu'il représente dans près de 80 œuvres (pour moitié à l'aquarelle). Sa situation financière reste précaire, d'autant que son père diminue son soutien.

En 1886, il rompt tout contact avec Zola qui lui a envoyé son roman "L'Œuvre", (racontant l'histoire d'un peintre maudit et pourchassé par le destin incapable d'achever sa "grande œuvre") que le peintre a inspiré[]. Le 28 avril, il épouse Hortense[]. La même année, son père meurt, lui laissant un héritage confortable qui le met à l'abri financièrement.

Sa première exposition personnelle, organisée par le marchand de tableau Ambroise Vollard en 1895 en l'absence du peintre, se heurte encore à l'incompréhension du public, mais lui vaut l'estime des artistes. Sa renommée devient internationale et il remporte à Bruxelles un grand succès lors des expositions des Indépendants. Il se fait construire en 1901-1902 un atelier dans la périphérie d'Aix : l'atelier des Lauves. 175px-Paul C%C3%A9zanne 160

Dès novembre 1895, Cézanne loue un cabanon aux Carrières de Bibémus afin d'y entreposer son matériel de peinture et ses toiles et où il passe une bonne partie de son temps, voire de ses nuits[][], jusqu'en 1904[].

En octobre 1906, alors qu'il peint sur le motif, dans le massif de la Sainte-Victoire, un violent orage s'abat. Cézanne a un malaise. Il est recueilli par des charretiers et déposé dans sa maison de la rue Boulegon, à Aix, où il mourra, le 22, emporté par une pneumonie.

175px-Paul C%C3%A9zanne 156 

extrait de Wikipedia.

 

selma cayol

 

 

 

 

Les ancêtres communs de Thierry et Paul sont :

 

Pons NEGREL et Alyone OLIVIER

 

ce couple a 2 enfants connus :

 

Catherine NEGREL qui épousera Honorat DURBEC

 

Antoine NEGREL né à Roquevaire en 1583 et décède à Gémenos le 13 décembre 1638, il épouse le 20 avril 1604 à Gémenos Madeleine DUCHIER (+1641).

 

Si pour Thierry le couple Pons Negrel et Aluone Olivier n'est qu'un collatéral, en revanche pour Paul Cezanne ils sont ses sosas( ancêtres directs).

 

 

 

 

Selma Cayol

Repost 0
Published by le vieux Cayol... - dans Cousinages inattendus
commenter cet article
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 15:26

Nicolas CAILLOL est le second fils de Valentin CAILLOL et de Clere GOUDE. Il est baptisé dans l'église de Saint Marcel sur le terroir Marseillais, le 16 novembre 1671. Son parrain est Nicolas BONOT, sa marraine Jeanne DUPRE. 00-021604

 

Après la naissance de ses deux soeurs, Madeleine et Rose, Nicolas et sa famille partent s'installer à La Penne-sur-Huveaune sur un domaine appartenant à Claudette CARBONEL leur mère.

 

Mais c'est à Saint Marcel où il est né, qu'il épousera le 2 février 1697( CM, cote 365 E7 f°340 AD de Marseille) Elisabeth REYNIER fille d'André REYNIER et de Marguerite LIEUTAUD, native de la "Vallantine" paroisse de Saint Marcel où elle fut baptisée le 29 septembre 1680, ayant eu pour parrain Le "Lieutenant commyssaire à l'artillerie de la cytadelle de Marseille" le sieur François MAURY, sa marraine Elisabeth BUISSON.

 

Le couple s'installe à Saint Marcel.

  mamanetbebe

Ils eurent  7 enfants connus :

- Anne CAILLOL née à Saint Marcel le 19 mars 1700, son parrain Louis LONG, sa marraine Anne BERENGIER.

- Jean-Pierre CAILLOL né à Saint Marcel le 30 septembre 1702, son parrain Pierre ROUSTAN, sa marraine Clere LIEUTAUD.

- Joseph CAILLOL né à Saint Marcel le 10 juin 1707, son parrain Joseph REYNIER, sa marraine Marie PLAUCHE.

- Magdeleine CAILLOL née à Saint Marcel le 31 mars 1710, son parrain Claude de l'Eglise, sa marraine Anne RICARD.

- Ambroise CAILLOL né à Saint Marcel le 8 février 1713, son parrain Ambroise CUCURNY, sa marraine Magdeleine PAUL. Il épousera plus tard Thérèse MEISSONNIER(voir fiche suivante).

 

Nicolas et Elisabeth se déplacent et s'installent à La Penne-sur-Huveaune. Ils y eurent leurs deux derniers enfants.

 

- Anne CAILLOL née à La Penne-sur-Huveaune le 11 février 1715

- Etienne CAILLOL né à La Penne-sur-Huveaune en 1719, il y décèdera le 4 février 1789.

 

greuze01Nicolas ayant reçu par partage avec son frère ainé Jean-Baptiste, une moitié du domaine familial de la Penne-sur-Huveaune, il est considéré comme " particulier possédant biens et habitation" et à ce titre siège en assemblée afin de délibérer des affaires de la commune.

 

Bien que ne connaissant pas la date du décès de Nicolas, on peut de façon certaine le situer avant le 24 décembre 1758, date à laquelle Elisabeth REYNIER veuve, est morte à 78 ans et a été ensevelie dans l'église Saint Laurent de la Penne-sur-Huveaune.elisabeth reynier

 

 

 

 

 

DSC05292-Extrait d'un compte-rendu d'assemblée municipale où Nicolas siège en tant que "possédant de biens", le 16 aout 1698.-

 

 

Contrat de mariage en date du 27 novembre 1697 chez Maitre Etienne CAMOIN à Saint Marcel terroir de Marseille cote : 365 E7 f° 340.

 

 

Cote 365 E 7 f° 340

Au nom de Dieu soit il l’an mil six cent quatre vingt seize et le 27 jour du mois de décembre avant midy du reygne du très chrestien et très auguste prince Louis quatorzième de ce nom par la grâce de Dieu, Roy de France et de Navarre pour long temps soit il avec tout bon heur et félicité et victoire comme soit que mariage aye esté passé par parolle d’accessit entre Nicolas CAILLOL fils de Vallantin mesnager habitant au cartier  de la Penne et de clere GOUDE d’une part et honneste fille Elisabel REYNIERE fille d’André aussy mesnager du cartier de la vallantine terroir de Saint marcel et de Marguerite LIEUTAUDE d’autre et désirant les parties rediger en acte public le dit acte d’accord entre eux arreste au subiet du dit mariage a cette cause constituée en leur personnes par devant nous notaire royal a Saint Marcel soussigné et témoins cy après nommés les dits Nicolas CAILLOL et Elisabel REYNIERE  future mariés lesquels de ceux très décidé et mutuelle stipulation et acceptation de l’un a l’autre intervenant procédant avec la présence , vouloir le consentement de ses dits pères et mères et de leurs parents et amis respectueusement assemblés a ce sujet de part et d’autre lesquels mariés qu’ils seront ont promis se prendre en vray et légitime mariage  et ycelui solenniser en face de la Sainte église, hors que l’un d’eux la sera par l’autre a requis pour suppositions des charges duquel mariage le dit andré Reynier de son  gré sans contrainte a constitué et assigné en dot a la dite Elisabeth Reynière sa fille et pour elle audit Nicolas  Vallantin son futur mary et beau fils respectif acceptent la somme de Quatre cent livres y compris son promisse a compte de laquelle somme les dit Vallantin père et fils ont contesté en avoir reçu du dit Reynier celle de cent livres tant présentement et rééllement en louis d’argent  et exposés au vu de nous dit notaire et témoins desquelles content et satisfait en quittant avec promesse de n’en faire jamais demande cent cinquante livres au près dudit promisse que le dit Reynier expédiera comme il promet auxdits mariés le jour de leur épousailles suivant l’estime et evaluation que en se ra faite par leurs amis communs et les cent cinquante livres restantes fesant .. compliment du dit document seront payés comme le dit Reynier toujours promet en payes annuelles de trente livres  en premier desquelles la fera le jour d’huy et un an l’autre une année après et ainsi a parut pour sera continu annuelles jusque entier payement en argent comtant en paix sans contredit se constituant en outre la dite Reynier future épouse avec l’autorisation sur tout et ses autres plus grands biens et droits pouvant en advenir pour et recouvrement desquels elle a fait et constitue le dit

 

Caillol son futur mary son procureur , j’ai renvoyé avec pouvoir son père jouir avec

comme tout mari doit et peut faire des biens et choses donatées prometant aux dit

Caillols père et fils solidairement l’un pour l’autre et l’un d’eux seul pour le tout sans division ni discussion  l’attirance paternelle sur ce intervenant et renoncent a tout droit a ce confere de reconnnoistre et assurer aux profit de la dite Reynière leur future épouse de belle fille respectivement tout ce qui exigeront et recouvreront de tout droit en advant comme fait de présentement ainsi que pour hors lepays  ont assuré et reconnu notemment les dits cent livres ci dessus reserve aux tout leurs biens et droits présents et a venir  pour elle ou aquits de droit  pourviendra rendre et restituer

En cas de restitution avinant au surplus les dites parties ayant le contenu au présent contrat de mariage pour agréable ont promis … sans y contrevenir sous l’obligation de tous leurs biens et droits présent et a venir a toutes cours avec double renonciation qui sera faite en public au quartier de la Vallantine dans la bastide du dit Reynier en présence de maître Antoine OLLIVIER prêtre recteur de la chapelle de saint Menet et noble Louis de Carrare Reynier résidant au dit cartier de la Penne témoins requis et signes les parties ont dit ne savoir écrire en ce enquis suivant ordre.

 

Suivent les signatures.

 

 

Partage des Biens au profit de Jean-Baptiste CAILLOL et Nicolas CAILLOL par Valentin CAILLOL leur père.

 

 

Acte notarié fait chez Maitre Etienne CAMOIN

Cote AD 13 – 365 E 7

 

Au nom de Dieu, et l’an mil six cent quatre vingt dix sept et le 29 décembre avant midi, du règne du très chrétien et très auguste Prince Louis quatorze, De ce nommé par la grâce de Dieu Roy de France et de Navarre pour long temps son haute âme pour Bonheur félicité et victoire. Constitue en personne pardevant nous notaire Royal au lieu de Saint Marcel, sont présents et témoins Bas Tromenco, Valentin Caillol mesnager du quartier des Caillols et a présent résidant au terroir de la Penne, lequel se trouvant avancé en age et ne pouvant vaquer a la Régisme et entretien de ses biens d’ailleurs considérant que Jean Baptiste et Nicolas Caillol ses fils se trouvant mariés , et le dit Jean Baptiste ayant famille et étant en état d’avoir l’administration des biens qu’il pourrait lui delaisser après son décès, et afin de lui donner plus de moyen a la subsistance de sa famille et d’aquerir des biens a administrer.

Il a résolu de pré partager les biens.

Fait a présentement et d’en (…) audit Jean Baptiste sa portion pour en jouir dès a présent en fonds et fruits et en faire a sa volonté sous les clauses et conditions ci après énoncées, et pour cet effet le dit Valentin Caillol de son gré sure et franche volonté sans contrainte  a dire comme a déclarer par cette présente et en faveur des dits Jean Baptiste et Nicolas Caillol ses fils présents stipulants et acceptants  pour du et les leurs avoir fait deux portions de ses dits biens desquels en a viuidé , cédé, quittancé , remis et désimparé a seule fin de distribution audit Jean Baptiste Caillol son fils ainé,acceptant une , consistant  en une part de propriété séparée en deux portions de Terre, vignes, arbres. Batiment et Cisines , de cave étant dans Icelluy située audit terroir de la Penne telle qu’elle est et contient avec ses droits et aparremment qui est la même portion que ladite distribution avait acquise de la discusion de nicolas Carbonel fils de Jean par acte de maite Laure notaire de marseille du 8 février 1682 confortant l’une desdites portions de propriété de levant propriétaire présent Ollive en sa …. Nicolas de midy le même de couchant paropriété de Claude Senez  et de Tramontane le grand chemin allant a Cassis dans laquelle se trouve le dit bâtiment avec la vaisselle de cave qui consiste en 4 vaisseaux, 3 fléchat , un sans fléche vieux terrons en tout environ 65 millerolles qui se trouvent présentement remplis de vin avec la queue de verrat serrant environ 35 millerolles.

L’autre portion aussi en la part dudit Jean baptiste consistant en terre , vignes et arbres de la contenance  d’environ 19 canheirades et demy et .. deux comine dit en tain que  consien… desquelles il en avait six canheirées de terre cultivée et 13 et demy d’incults desquelles la dite attribution après son achept. En a cultivé et mis en terre la vigne environ quatre canheirées confortant de couchant la propriété de la veuve d’Antoine Senez de midy la cotte de vallon dite de Saint Martin de couchant restant de la dite propriété  Mize et a Pandiel Nicolas et de Fres la même d’autre  c’est plus vrai confrontant …………….Plus le dit distribuant a mis a la portion dudit Jean Baptiste une autre ^ropriétée consistant en terre vignes et arbres de la contenance d’environ deux canheirées et demy et aussi ce qu’elles contiennent avec ses droits …..située audit terroir de la Penne quartier dit « de Belles Pierres » confortant de levant André Verdaigne de midy Antoine Reynier de couchant Pierre Senez et de Fres Jean Louis Vallentin  et autres, ses  plus veritables confronts s’y Por…. En y a Plize un mullet poil noir avec ses arnois et finalement le tiers des meubles ménagers dans la maison …….qui s’y trouveront en .. lors des … du dit distribuant et de la dite Goude  desquels  en cas  ….. s’en réserve pareille la jouissance avec Pache …. Entre les parties qui sera laissé audi… ; dudit batiment du coté de midy va regarder de quatorze leurs de largeur de long en long a prendre depuis l’entrée de la cave dudit Nicolas Jusque au Barda de son dit batiment et le restant desdit regaller desdit batiments tant au dinan que dernier d’iceux rebor…de la façon qui sont de présance avec le vi… Tiram et chemin de cassis plus que la portion du dit Nicolas aura son usage a brere qui se trouve dans la portion dudit Jean Baptiste pour y fouler ses blés et autres grains et laquelle here sera entre a…a commung pairs aussi ceux plus

Le dit Jean Baptiste sera obligé de payer de …annuelle et perpétuelle de neuf panal de bled avoire que les biens a luy distribués semence annuelle aux hoirs de noble Pierre de Caze vicaire escuyer de la ville de Marseille ensemble la taille que B dit biens sont chargés sur le libre cadastre de la communauté dudit lieu de … donc plus la somme capitane de deux cent vingt deux livres huit sols  … aux dit hoirs dudit Caze plus deux cent vingt quatre livres dix sols a Noble Jacques de Georges  d’ollières

 

Excepté le dit notaire les parties ont dit ne savoir écrire !

 

Suivent les signatures du notaire Etienne CAMOIN

Et H.AURINELIER scribe.

 

 

  selma cayol

Repost 0
Published by le vieux Cayol... - dans de Caihol à Cayol
commenter cet article

Présentation

  • : De la terre vers la mer...
  • De la terre vers la mer...
  • : Histoires et anecdotes de la famille Cayol-Boujon...de leurs ancêtres,de leurs "cousins" plus ou moins célèbres etc...
  • Contact

Profil

  • Du vieux Cayol à la Pelisse noire...

Recherche

Les Cousins Éloignés